D. AUZENET

      "Voici pourquoi a paru le Fils de Dieu, c'est pour détruire les oeuvres du diable" 1 Jean 3, 8.

Ta Parole, une lampe sur mes pas     

Menu





Cette page est renouvelée au plus tard tous les vendredis à 17h


23 février 2020

7° dim. dans l'année


1. Une réflexion :   L’art d’aimer comme Dieu

          Bienheureux l’homme qui peut aimer tous les hommes également. Bienheureux l’homme qui ne s’attache à rien de ce qui est corruptible et passager. (…)

            Celui qui aime Dieu aime aussi totalement son prochain. Un tel homme ne saurait garder ce qu’il a, mais il le dispense comme Dieu, donnant à chacun ce dont il a besoin. Celui qui fait l’aumône à l’imitation de Dieu ignore la différence entre le méchant et le bon, le juste et l’injuste (cf. Mt 5,45), dès lors qu’ils souffrent dans leur corps. Mais il donne à tous également, selon leurs besoins, même s’il préfère pour sa bonne volonté, l’homme vertueux à l’homme dépravé. De même que Dieu, qui par nature est bon et impassible, aime également tous les êtres comme ses œuvres, mais qu’il glorifie l’homme vertueux parce que celui-ci lui est uni par la connaissance, et que, dans sa bonté, il a pitié de l’homme dépravé et le fait revenir en l’instruisant dans ce siècle, de même celui qui, de son propre mouvement, est bon et impassible, aime tous les hommes également. Il aime l’homme vertueux pour sa nature et sa volonté bonne. Et il aime l’homme dépravé pour sa nature et pour la compassion, car il a pitié de lui comme d’un fou qui va dans les ténèbres.

            Non seulement partager ce que l’on a révèle l’art d’aimer, mais bien plus encore transmettre la parole et servir les autres dans leur corps. (…) « Et moi je vous dis, demande le Seigneur : aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, priez pour ceux qui cherchent à vous nuire » (Mt 5,44).

Saint Maxime le Confesseur (v. 580-662)
moine et théologien
Centurie I sur l’amour, n° 17, 18, 23-26, 61 (Philocalie des Pères neptiques ; trad. J. Touraille, éd. DDB-Lattès)


2. Une méditation du chapelet avec les textes de la liturgie

Six combats pour la sainteté des fils du Père

Lv 19,1-18 ; 1 Co 3,16-23 ; Mt 5,38-48

1. Quatre de ces six combats ont été énumérés précédemment. Le combat pour le pardon envers le frère, pour vivre la béatitude « Heureux les miséricordieux. » Les combats pour la chasteté dans la relation homme-femme, et pour la fidélité dans le mariage, pour vivre la béatitude « Heureux les cœurs purs ». Le combat pour la vérité du langage, pour vivre la béatitude « Heureux les artisans de paix ». Contemplons en Marie le miroir en qui se reflète la miséricorde, la pureté, la vérité ; c’est-à-dire la sainteté divine que nous voulons nous aussi accueillir.

2. « Vous avez appris qu’il a été dit : « Œil pour œil, dent pour dent ». Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. » Ce cinquième combat est celui de l’amour envers le malfaisant, qui nous fait passer de l’application du châtiment à l’offrande de soi. Jésus nous en donne l’exemple sur la croix, et nous renvoie aussi à la béatitude « Heureux les artisans de paix ». Demandons par Marie la conversion de nos cœurs et de nos comportements.

3. « Vous avez appris qu’il a été dit : « Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi ». Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux. » Ce sixième combat est celui de l’amour envers l’ennemi, qui nous fait passer de la discrimination entre bons et mauvais, à l’amour universel de charité envers tous, y compris envers notre ennemi. « Heureux les artisans de paix ». Prions avec Marie pour la paix dans les cœurs et dans le monde, spécialement là où se cherchent des solutions de paix pour sortir de la guerre.

4. « Si quelqu’un parmi vous pense être un sage à la manière d’ici-bas, qu’il devienne fou pour devenir sage. » Cette exhortation de Paul tirée de la 2° lecture exprime bien le pas que nous avons à faire pour la sainteté : perdre notre réputation devant les autres, entrer dans des comportements qui sembleront fous à la majorité des gens. Que Marie nous aide à accueillir le reflet de la sainteté divine en nos vies : il se reçoit au terme des combats balisés par Jésus.

5. « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. » Cette parole, tirée du Lévitique, Jésus nous la redonne, à la fin de l’énumération des six combats sous cette forme : « Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ». La perfection qui nous est proposée comme objectif n’est pas la perfection morale, l’absence de faute ; elle est la perfection de l’amour : il nous est demandé d’être parfait dans l’amour comme le Père céleste. Seul l’Esprit Saint présent en nous peut réaliser progressivement cette ressemblance des fils à leur Père. Avec Marie, ouvrons-nous à la présence de l’Esprit Saint, pour devenir plus saints, plus aimants.


3. Commentaires exégétiques

de Marie-Noëlle Thabut


4. Pour les jeunes et les enfants

Voir sur cette page dans "le coin de la famille" : un coloriage pour les petits, un signet-parole, un diaporama, des mots croisés... Mise en ligne le vendredi soir qui précède le dimanche.


5. Écouter l'homélie

Mise en ligne le dimanche après-midi. Voir la chaîne YT Charismata.




Haut de la page


Plan du site | liens


http://d.auzenet.free.fr

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS!