D. AUZENET

      Comme Jésus descendait à terre, un homme de la ville vint à sa rencontre. Cet homme était tourmenté par des esprits mauvais; depuis longtemps il ne portait pas de vêtement et n'habitait pas dans une maison, mais vivait parmi les tombeaux. Quand il vit Jésus, il poussa un cri, tomba à ses pieds et dit d'une voix forte: - Que me veux-tu, Jésus, fils du Dieu très haut? Je t'en prie, ne me punis pas! Il dit cela parce que Jésus ordonnait à l'esprit mauvais de sortir de lui. Cet esprit s'était emparé de lui bien des fois; on attachait alors les mains et les pieds de l'homme avec des chaînes pour le garder, mais il rompait ses liens et l'esprit l'entraînait vers les lieux déserts. Jésus lui demanda: - Quel est ton nom? - Mon nom est "Multitude", répondit-il. En effet, de nombreux esprits mauvais étaient entrés en lui. Et ces esprits priaient Jésus de ne pas les envoyer dans l'abîme. Il y avait là un grand troupeau de porcs qui cherchait sa nourriture sur la colline. Les esprits prièrent Jésus de leur permettre d'entrer dans ces porcs. Il le leur permit. Alors les esprits mauvais sortirent de l'homme et entrèrent dans les porcs. Tout le troupeau se précipita du haut de la pente dans le lac et s'y noya. Luc 8, 26-33.

Ta Parole, une lampe sur mes pas     

Menu





Cette page est renouvelée au plus tard tous les vendredis à 17h


18 août 2019

20° dim. dans l'année C


1. Une réflexion :    C'est ma paix que je vous donne

La paix n'est pas une pure absence de guerre et elle ne se borne pas seulement à assurer l'équilibre de forces adverses ; elle ne provient pas non plus d'une domination despotique, mais c'est en toute vérité qu'on la définit « œuvre de justice » (Is 32,17). Elle est le fruit d'un ordre inscrit dans la société humaine par son fondateur divin, et qui doit être réalisé par des hommes qui ne cessent d'aspirer à une justice plus parfaite. (...) La paix n'est jamais chose acquise une fois pour toutes, mais elle est sans cesse à construire. Comme, de plus, la volonté humaine est fragile et qu'elle est blessée par le péché, l'avènement de la paix exige de chacun le contrôle constant de ses passions et la vigilance de l'autorité légitime. Mais ceci est encore insuffisant (...). La ferme volonté de respecter les autres hommes et les autres peuples ainsi que leur dignité, la pratique assidue de la fraternité sont absolument indispensables à la construction de la paix. Ainsi la paix est-elle aussi le fruit de l'amour qui va bien au-delà de ce que la justice peut apporter.

            La paix terrestre qui naît de l'amour du prochain est une image et un effet de la paix du Christ qui vient de Dieu le Père. Car le Fils incarné en personne, « prince de la paix » (Is 9,5), a réconcilié tous les hommes avec Dieu par sa croix, rétablissant l'unité de tous en un seul peuple et un seul corps ; « il a tué la haine dans sa propre chair » (Ep 2,16). Et, après le triomphe de sa résurrection, il a répandu l'Esprit de charité dans le cœur des hommes. C'est pourquoi, accomplissant la vérité dans la charité, tous les chrétiens sont appelés avec insistance à se joindre aux hommes véritablement pacifiques pour implorer et instaurer la paix. (...)

            Dans la mesure où les hommes sont pécheurs, le danger de guerre menace, et il en sera ainsi jusqu'au retour du Christ. Mais dans la mesure où, unis dans l'amour, les hommes surmontent le péché, ils surmontent aussi la violence, jusqu'à l'accomplissement de cette parole : « De leurs épées ils forgeront des socs de charrue et de leurs lances des faucilles. Les nations ne tireront plus l'épée l'une contre l'autre et ne s'exerceront plus au combat » (Is 2,4).

Constitution sur l'Église dans le monde de ce temps « Gaudium et spes », § 78

2. Une méditation du chapelet avec les textes de la liturgie

Vivre dans la foi

Jr 38,4-10 ; He 12,1-4 ; Lc 12,49-53.

1. « Ceux qui ont vécu dans la foi, foule immense de témoins, sont là qui nous entourent. » La difficulté de vivre en croyant dans le monde d’aujourd’hui peut nous donner un sentiment de solitude. Mais les témoins de Jésus sont multitude à travers l’espace et le temps, et nous vivons notre vie chrétienne en communion avec les saints, avec tous les témoins qui nous ont précédés. La Vierge Marie n’est-elle pas à nos côtés un témoin unique de Jésus ?

2. « Comme eux, débarrassons-nous de tout ce qui nous alourdit, et d’abord du péché qui nous entrave si bien. » Être témoin de Jésus, c’est être son « martyr ». C’est accepter de planter la croix au cœur de sa vie, à travers bien des renoncements, pour que soit manifestée la puissance de la Résurrection. Le renoncement est d’abord renoncement au péché, qui nous alourdit et nous entrave. Par Marie, demandons la grâce de la fidélité à l’Esprit Saint.

3. « Alors nous courrons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée les yeux fixés sur Jésus. » La vie dans la foi nécessite la persévérance. Elle est une course d’endurance. Loin d’être volontariste, cette attitude de ténacité recherche sans cesse l’abandon à la force de l’Esprit Saint. Que Marie soit notre maîtresse de vie spirituelle, pour nous fortifier dans cette résolution de persévérance.

4. « Les yeux fixés sur Jésus… Renonçant à la joie qui lui était proposée, il a enduré, sans avoir de honte, l’humiliation de la croix ; et assis à la droite du Père, il règne avec lui. » Au cœur d’une vie chrétienne fidèle, la contemplation, l’oraison, l’adoration, sont essentielles. Revenir sans cesse à Jésus, le contempler crucifié et ressuscité… pour courir l’épreuve, qui peut se transformer en « grande épreuve » du martyre (Ap 7,14). Que Marie auprès de la croix soit notre modèle.

5. « Méditez son exemple… et vous ne serez plus accablés par le découragement. Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang dans votre lutte contre le péché. » La grâce de la religion chrétienne est d’offrir à notre regard de foi un Dieu qui s’est fait semblable à nous, jusque dans nos faiblesses et nos souffrances. Nous puisons notre force dans la contemplation du Christ, et particulièrement de sa croix. Et Marie nous aide à rester fidèles aux pires moments de la croix.


3. Commentaires exégétiques

de Marie-Noëlle Thabut


4. Pour les jeunes et les enfants

Voir sur cette page dans "le coin de la famille" : un coloriage pour les petits, un signet-parole, un diaporama, des mots croisés... Mise en ligne le vendredi soir qui précède le dimanche.


5. Écouter l'homélie

Mise en ligne le dimanche après-midi. Voir la chaîne YT Charismata.




Haut de la page


Plan du site | liens


http://d.auzenet.free.fr

Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS!