D. AUZENET

      Car celui qui aura honte de moi et de mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aussi rougira de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père avec les saints anges. Marc, 8, 38.

Ta Parole, une lampe sur mes pas     

Menu


 


Préparez le dimanche

14 février — 1° du carême (C)

1. Une réflexion : « Fortifiés par les tentations »

    « Après son baptême, Jésus a été conduit par l'Esprit à travers le désert, où il a été mis à l'épreuve par le démon »… Tout ce que Jésus a fait et enduré était destiné à nous instruire. Il a donc voulu être conduit en ce lieu pour lutter avec le démon, afin que personne parmi les baptisés ne soit troublé si après son baptême il subit de plus grandes tentations, comme si c'était extraordinaire ; mais il doit supporter tout cela comme étant dans l'ordre des choses. C'est pour cela que vous avez reçu des armes : non pour rester oisifs, mais pour combattre.        

    Voici pour quels motifs Dieu n'empêche pas les tentations qui vous surviennent. D'abord pour vous apprendre que vous êtes devenus beaucoup plus forts. Puis, afin que vous gardiez la mesure, au lieu de vous enorgueillir des grands dons que vous avez reçus, car les tentations ont le pouvoir de vous humilier. En outre, vous serez tentés afin que cet esprit du mal, se demandant encore si vous avez vraiment renoncé à lui, soit convaincu, par l'expérience des tentations, que vous l'avez totalement abandonné. Quatrièmement, vous êtes tentés pour être entraînés à être plus forts et plus solides que l'acier. Cinquièmement, afin que vous ayez la certitude absolue que des trésors vous ont été confiés. Car le démon ne vous aurait pas assaillis s'il n'avait pas vu que vous receviez un plus grand honneur.

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélies sur l’évangile de Matthieu, n° 13,1 ; PG 57, 207 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 339s)


2. Une méditation du chapelet avec les textes de la liturgie


Jésus tenté au désert

Dt 26,4-10 ; Rm 10,8-13 ; Lc 4,1-13

1. « Jésus, rempli de l’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain, et il fut conduit par l’Esprit à travers le désert, où, pendant 40 jours, il fut mis à l’épreuve par le démon ». Jésus est rempli de l’Esprit, et c’est l’Esprit qui le pousse à aller au désert pour y être mis à l’épreuve. Jésus vit en obéissance aux motions de l’Esprit en lui, et les tentations prennent place à l’intérieur d’un plan divin. L’activité de Jésus commence par une errance dans le désert, comme l’errance de 40 ans d’Israël, pour une mise à l’épreuve de la fidélité. Avec Marie, accueillons nous aussi les déserts où Dieu nous conduit quelquefois.

2. « Il fut conduit par l’Esprit à travers le désert, où, pendant 40 jours, il fut mis à l’épreuve par le démon ». Au désert, Israël murmure et se révolte ; au désert, Jésus repousse la tentation par sa fidélité à Dieu son Père. Celui auquel il s’affronte, celui dont il veut nous délivrer, c’est le diable. L’Évangile nous montre sobrement, mais clairement, où est l’affrontement de Jésus et du chrétien. Avec Marie, pour vivre ce combat, revêtons-nous de la victoire de Jésus.

3. « Il ne mangea rien en ces jours-là, et quand ce temps fut écoulé, il eut faim ». Le désert de Juda est le nouveau Sinaï, où Jésus, nouveau Moïse, fait l’expérience de la présence de Dieu, dans l’austérité du jeûne. Sa victoire sur la tentation, Jésus l’a obtenue par le moyen du jeûne. Lorsque la tentation nous touche sur l’essentiel, Jésus nous montre que le jeûne est indispensable pour obtenir la victoire… Demandons la grâce de savoir nous priver pour vivre plus libres.

4. « Le démon lui dit alors : Si tu es le Fils de Dieu… Jésus répondit : Il est écrit… » Ces trois dialogues entre Satan et Jésus convergent vers l’unique tentation : mal user de la puissance messianique. Les miracles de Jésus sont des signes de l’amour de Dieu pour les hommes. Ils ne sont pas des moyens de se satisfaire (changer les pierres en pains) ou d’étonner le monde (se jeter du haut du Temple). La proposition de se prosterner devant Satan évoque un marché qui accepterait un partage de puissance sur le monde… Avec Marie, demandons à être éclairés par l’Esprit pour bien user des grâces de Dieu.

5. « Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentation, le démon s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé ». Jésus, par son obéissance au Père, a éloigné le démon. Et c’est encore sa très grande obéissance qui l’éloignera lorsqu’il reviendra au moment de la croix. « Dans le Christ, c’est toi qui étais tenté, parce qu’il tenait de toi sa chair, pour te donner le salut… il tenait de toi la tentation pour te donner la victoire… Reconnais que c’est toi qui étais tenté en lui, et alors reconnais que c’est toi qui es vainqueur en lui » (St Augustin). Avec Marie, demandons la grâce de l’obéissance au Père pour entrer dans la victoire de Jésus.



3. Commentaires exégétiques

de Marie-Noëlle Thabut


4. Pour les jeunes et les enfants

Voir sur cette page dans "le coin de la famille" : un coloriage pour les petits, un signet-parole, un diaporama, des mots croisés... Mise en ligne le vendredi soir qui précède le dimanche.


5. Écouter l'homélie

Mise en ligne le dimanche après-midi. Voir sur cette page.


Cette page est renouvelée tous les vendredis, au plus tard à 19h30.