D. AUZENET

      Car ce n'est pas nous que nous prêchons, mais le Christ Jésus, Seigneur; nous ne sommes, nous, que vos serviteurs, à cause de Jésus. En effet le Dieu qui a dit: "Que des ténèbres resplendisse la lumière", est Celui qui a resplendi dans nos coeurs, pour faire briller la connaissance de la gloire de Dieu, qui est sur la face du Christ. (2 Corinthiens 4, 5-6)

Ta Parole, une lampe sur mes pas     

Menu


 


2 octobre 2016

27° dans l'année (C)



1. Une réflexion : « Reconnaître le Christ pauvre »

      Sois toujours fidèle dans les petites choses, car en elles réside notre force. Pour Dieu, rien n'est petit. Il n'entend rien diminuer. Pour lui, toutes les choses sont infinies. Pratique la fidélité dans les choses les plus minimes, non pas pour leur vertu propre, mais en raison de cette grande chose qu'est la volonté de Dieu — et que, moi-même, je respecte infiniment.

      Ne recherche pas des actions spectaculaires. Nous devons délibérément renoncer à tout désir de contempler le fruit de notre labeur, accomplir seulement ce que nous pouvons, du mieux que nous le pouvons, et laisser le reste entre les mains de Dieu. Ce qui importe, c'est le don de toi-même, le degré d'amour que tu mets dans chacune de tes actions.

      Ne t'autorise pas le découragement face à un échec, dès lors que tu as fait de ton mieux. Refuse aussi la gloire lorsque tu réussis. Rends tout à Dieu avec la plus profonde gratitude. Si tu te sens abattu, c'est un signe d'orgueil qui montre combien tu crois en ta propre puissance. Ne te préoccupe pas plus de ce que pensent les gens. Sois humble et rien ne te dérangera jamais. Le Seigneur m'a lié là où je suis ; c'est lui qui m'en déliera.

 Mère Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité
No Greater Love (trad. Il n'y a pas de plus grand amour, Lattès 1997, p. 42)



2. Une méditation du chapelet avec les textes de la liturgie

Le juste vivra par la foi


Ha 1,2-4 ; 2 Tm 1,6-14 ; Lc 17,5-10.

1. « Combien de temps, Seigneur, vais-je t’appeler au secours et tu n’entends pas ? Pourquoi restes-tu à regarder notre misère ? » Quand l’état du monde devient insupportable, on voudrait que Dieu intervienne en personne. Et comme ce n’est pas le cas, on l’accuse de laisser faire… Face au découragement qui nous guette, demandons avec Marie la grâce de pouvoir garder la foi en l’amour de Dieu.

2. « Si la vision paraît tarder, attends-la : elle viendra certainement, à son heure. Celui qui est insolent n’a pas l’âme droite, mais le juste vivra par sa fidélité. » La réponse de Dieu à notre prière n’est pas un aller-retour. Notre vision de la présence et de l’action de Dieu s’exprime au contraire par une patiente espérance. L’insolent insulte Dieu ; le juste vit par la foi. Que la grande confiance de Marie nous soit un secours pour vivre de foi et d’espérance.

3. « Je te rappelle que tu dois réveiller en toi le don de Dieu… Ce n’est pas un esprit de peur que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de raison. » Reçues au baptême et à la confirmation, la foi et l’espérance s’entretiennent. C’est l’Esprit Saint reçu régulièrement dans les sacrements qui les affermit. La peur est un signal de faiblesse. Il faut sans cesse « réveiller » le don de la foi, pour qu’il produise en nous force, amour, et bon sens. Avec Marie, demandons à l’Esprit Saint de nous renouveler.

4. « La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici : « Déracine-toi et va te planter dans la mer » ; et il vous obéirait. » La foi théologale nous est accordée au baptême. La foi charismatique est un don gratuit de confiance en la puissance divine, qu’il ne faut pas hésiter à demander (augmente en nous la foi !) et à mettre en œuvre (va te planter dans la mer !) pour qu’il se développe (et il vous obéirait). Demandons à recevoir et à exercer les dons spirituels.

5. « Quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : « Nous sommes de simples serviteurs, nous n’avons fait que notre devoir. » La foi qui agit se veut un service efficace du Seigneur. Elle doit demeurer dans l’humilité. Gardons-nous de penser combien l’apport de nos services sera utile au Seigneur (sans moi, il ne pourrait rien faire). Ayons la modestie de celui qui connaît la parole de Jésus : « Sans moi vous ne pouvez rien faire » (Jn 15,5).



3. Commentaires exégétiques

de Marie-Noëlle Thabut


4. Pour les jeunes et les enfants

Voir sur cette page dans "le coin de la famille" : un coloriage pour les petits, un signet-parole, un diaporama, des mots croisés... Mise en ligne le vendredi soir qui précède le dimanche.


5. Écouter l'homélie

Mise en ligne le dimanche après-midi. Voir sur cette page.


Cette page est renouvelée tous les vendredis, au plus tard à 19h30.